la fin des ordonnances de trie au tribunal administratif?

la fin des ordonnances de trie au tribunal administratif?

Category : Non classé

/

production des pièces nécessaires au jugement Une QPC qui fait plaisir

En permettant au juge administratif de déclarer caduque une requête en matière de contentieux de l’urbanisme lorsque son auteur n’a pas produit, dans un délai déterminé et sans motif légitime, les pièces nécessaires au jugement de l’affaire, l’article L. 600-13 du Code de l’urbanisme, dans sa rédaction issue de la loi du 27 janvier 2017 a entendu limiter les recours dilatoires. Il a ainsi poursuivi un objectif d’intérêt général.

Cependant, remarque le Conseil constitutionnel saisi par une QPC, la caducité, qui a pour effet d’éteindre l’instance, est susceptible de porter atteinte au droit à un recours juridictionnel effectif.
Or, en premier lieu, d’une part, la notion de « pièces nécessaires au jugement d’une affaire » est insuffisamment précise pour permettre à l’auteur d’une requête de déterminer lui-même les pièces qu’il doit produire. D’autre part, le juge administratif peut, sur le fondement des dispositions contestées, prononcer la caducité de la requête sans être tenu, préalablement, ni d’indiquer au requérant les pièces jugées manquantes ni même de lui préciser celles qu’il considère comme nécessaires au jugement de l’affaire.

En second lieu, d’une part, si la déclaration de caducité peut être rapportée lorsque le demandeur fait connaître, dans un délai de quinze jours, un motif légitime justifiant qu’il n’a pas produit les pièces nécessaires au jugement de l’affaire dans le délai imparti, elle ne peut en revanche être rapportée par la seule production des pièces jugées manquantes. D’autre part, dès lors que la caducité a été régulièrement prononcée, le requérant ne peut obtenir l’examen de sa requête par une juridiction. Il ne peut introduire une nouvelle instance que si le délai de recours n’est pas expiré.

Il en résulte que ces dispositions méconnaissent le droit des personnes intéressées à exercer un recours juridictionnel effectif et sont donc contraires à l’article 16 de la Constitution.


About Author

Bruno Dravet

Me Bruno Dravet a créé son Cabinet d'Avocat à Toulon (Var) au début des années 80, après des études supérieures à la Faculté de droit d'Aix en Provence. Il est marié et père de famille. Il vit dans le village provençal du Revest-les-Eaux.

Leave a Reply

Rechercher

Archives

Catégories

octobre 2020
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031