Logo 40 MA 200  un communiqué de

Exif JPEG

www.40millionsdautomobilistes.com

deux informations

La première information porte sur l’abaissement de la limitation de vitesse à 80km/h sur les routes. Comme vous avez sans doute déjà pu le remarquer, la Sécurité routière dépense depuis quelques semaines des budgets faramineux dans des campagnes publicitaires visant à nous faire accepter les 80km/h.

Dernière en date, qui a d’ailleurs fait bondir beaucoup d’entre vous, un spot radio qui affirme que la violence d’un choc à 80km/h est 2 fois moins important qu’à 90km/h. Cet « argument » de la Sécurité routière pourrait naturellement tromper beaucoup d’entre nous, mais il a été demonté par les lois de la physique comme l’explique cet article deChallenges*. Une propagande mensongère tout de suite dénoncée par l’association « 40 millions d’automobilistes ».

La deuxième information porte sur la privatisation des voitures-radars : dans une note interne rédigée par le ministère de l’Intérieur et publiée cette semaine par Le Canard enchaîné, nous apprenons que le Gouvernement lui-même met en doute la légalité de l’externalisation de la gestion des voitures-radars embarquées ; alerté à ce sujet, le Délégué interministériel à la Sécurité routière Emmanuel Barbe fait la sourde oreille.

La note, rédigée par la Direction des libertés publiques et des affaires juridiques (DLPAJ) le 30 mars 2017, expose que « l’externalisation [des contrôles de vitesse] devrait être prévue par la loi, celle-ci devant expressément prévoir la possibilité, pour des opérateurs privés, de procéder à ces opérations ». Autrement-dit, la privatisation des radars embarqués, soumise à une expérimentation dans l’Eure et entrée officiellement en vigueur en Normandie le 23 avril dernier, ne serait pas inscrite dans la loi française…

D’une part, cela signifierait que des usagers de la route se font flasher par ces voitures-radars depuis déjà plusieurs semaines, peut-être en toute illégalité ! D’autre part, que la Sécurité routière entend poursuivre le processus de généralisation de la privatisation à tout le territoire français en ignorant purement et simplement les remarques du ministère de l’Intérieur, dont elle dépend !

Cette note donne du grain à moudre à notre recours devant le Conseil d’État déposé fin mars 2018 visant à faire annuler la privatisation des voitures-radars. En attendant, « 40 millions d’automobilistes » réclame la suspension immédiate de la mesure.

Ainsi, ces « experts » autoproclamés de la sécurité routière n’hésitent pas à user de procédés malhonnêtes, voire illégaux, pour faire passer leurs mesures qui ne visent que le porte-monnaie des usagers.

Et c’est pour cela que notre action est nécessaire : combattre la répression à outrance des automobilistes ainsi que la désinformation qui encadre la mise en place de ces mesures est notre quotidien. Nous luttons sans relâche pour défendre vos droits, par le biais d’actions concrètes, de communication envers les usagers, de rencontres avec les Pouvoirs publics et en portant votre voix en média.

Et tout cela a un coût, comme c’est par exemple le cas de l’action en justice que nous menons contre la privatisation des voitures-radars. Pour multiplier les actions et porter encore plus haut votre voix, nous avons besoin de votre soutien financier.

La réussite de nos actions ne dépend que de vous.


Rechercher

Archives

Catégories

octobre 2020
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031